Santé mentale

Module 3.4 : Triple défi – violence faite aux femmes, bien-être mental et usage de drogue, d’alcool ou de médicaments

Multimédia

, , ,

L’Institut de formation en matière de violence faite aux femmes d’AOcVF offre une formation en ligne gratuite en 21 modules. Voici un résumé audio du module concernant le triple défi : violence faite aux femmes, bien-être mental et usage de drogue, d’alcool ou de médicaments

Écouter (MP3; 3:25)

Lire (PDF; 118,82 Ko)

La santé mentale et les survivantes d’agression sexuelle

Multimédia

, ,

Pascale Ouellette fait un compte-rendu d’une formation portant sur la santé mentale et les survivantes d’agression sexuelle. Cette formation s’est tenue à Ottawa le 24 avril 2012 et était organisée par le CALACS francophone d’Ottawa, en collaboration avec l’Institut de formation en matière de violence faite aux femmes d’Action ontarienne, dans le cadre de la semaine nationale de sensibilisation aux victimes d’actes criminels.

Écouter (MP3; 3:52)

Lire (PDF; 42,32 Ko)


Comprendre au lieu d’étiqueter

Publications

, ,

Ce document vise à sensibiliser les intervenantes du réseau de l’AOcVF au lien qui existe entre les problèmes de santé mentale et l’agression à caractère sexuel dans l’enfance ainsi qu’à l’expérience vécue par les femmes psychiatrisées. Il vise également à offrir des connaissances de base concernant la psychiatrie et le domaine de la santé mentale. Enfin, il cherche à développer une analyse critique de la psychiatrie, à cerner les principaux dilemmes et enjeux soulevés par l’intervention féministe auprès de cette clientèle et à entreprendre une réflexion à ce sujet. Le but ultime est d’outiller les intervenantes pour leur permettre de faire face aux situations concrètes dans lesquelles elles se trouvent lorsque des femmes psychiatrisées qui sont survivantes d’agression à caractère sexuel dans l’enfance utilisent leurs services.

Lire (PDF; 625,20 Ko)

Les électrochocs – Une forme de violence contre les femmes

Publications

,

Le présent article recadre le traitement de choc comme une forme de violence contre les femmes. À partir de témoignages de femmes et de recherches scientifiques, l’article établit que ce type de traitement, que l’on administre beaucoup trop souvent aux femmes, entraîne des déficiences intellectuelles et physiques très importantes. Par Bonnie Burstow, Institut d’études pédagogiques de l’Ontario de l’Université de Toronto, Canada (texte traduit en français par Action ontarienne contre la violence faite aux femmes (AOcVF) avec l’autorisation de l’auteure).

Lire (PDF; 532,83 Ko)